Etude sur la prévoyance vieillesse / survivants et invalidité

Le projet de loi de l’ASIP s’appuie sur une étude de l’Institut de recherche pour l’économie empirique et la politique économique de l’Université de St-Gall (FEW-HSG), qui lui sert de référence scientifique. Des résultats essentiels ressortent de cette étude intitulée «Le 2e pilier de la prévoyance vieillesse suisse en plein changement»: le mode de financement de la prévoyance professionnelle (système par capitalisation) permet de constituer un capital plus élevé qu’avec le système par répartition. L’accumulation d’un capital présente un grand avantage pour une économie nationale. Des investissements supplémentaires sont, par exemple, possibles grâce à ce stock de capital. L’étude montre que l’on ne peut pas parler d’épargne excessive ou de surcapitalisation en Suisse. Elle contient une comparaison des rendements des deux systèmes qui établit par ailleurs que le système par capitalisation offre des rendements plus avantageux. En conséquence, l’étude recommande de renoncer à un assouplissement de la couverture à 100%. Le système par répartition n’est pas non plus judicieux pour certaines parties de la prévoyance.

Document à télécharger

> L'Étude (seulement en allemand) en format pdf